Manipulateur pervers narcissique

Comment fonctionne un manipulateur dans un couple ?

Introduction 

 

J’aurais bien sûr pu écrire « Comment fonctionne une manipulatrice dans un couple ? »

Et, lorsque j’écris couple, entendez par là que cela peut être un couple amoureux, un couple : parent-enfant, un couple entre deux ami.e.s, un couple professionnel : un supérieur avec un membre de son équipe…

N’importe quel type de couple, en fait.

 

On parle beaucoup de « manipulateur pervers narcissique », en ce moment.

C’est une thématique très à la mode.

Il est cependant nécessaire d’être prudent et de vérifier avant d’affirmer que l’on a affaire à un “vrai” manipulateur pervers ou à une “vraie” manipulatrice perverse.

 

 

Prenons l’exemple de Christel (prénom d’emprunt), qui a été sous emprise, victime de manipulation, de la part d’un pervers narcissique.

Sa relation semblait parfaite au début : le manipulateur était aux petits soins, tendre, généreux, disponible, tolérant, compréhensif, « amoureux »…

Il lui offrait de beaux cadeaux.

Tout était vraiment parfait, comme dans un conte de fée.

Trop parfait…Pour être vrai

C’est la première phase, la phase d’emprise 

 

Celle qu’on appelle la période de séduction ou encore le « love bombing. »

 

Christel était sous le charme, sur son petit nuage.

Elle avait baissé la garde, elle ne s’inquiétait pas, elle faisait complètement confiance à cet homme, d’autant plus que personne ne s’était vraiment jamais occupé d’elle comme il le faisait si bien. 

Ils passaient beaucoup de temps ensemble : une façon, pour le manipulateur de commencer à l’isoler progressivement de son entourage : amis, famille…En tout cas, l’isoler des personnes qui pourraient voir clair dans les agissement du manipulateur.

 

Pour Christel, tout se passait merveilleusement bien.

Certaines de ses copines (celles qu’elles voyaient encore un peu) l’enviaient même, lorsqu’elle racontait son histoire.

 

Sans s’en rendre compte, puisque tout cela a été mis en place progressivement, Christel est devenue la proie du manipulateur.

Le manipulateur lui a très vite proposé de vivre ensemble.

Et, elle a accepté puisqu’elle se sentait très heureuse. Et, que pour elle, tout se déroulait comme elle l’avait imaginé, rêvé.

 

Après quelques mois de cohabitation, la situation a commencé à changer.

C’est la seconde phase…

 

La phase où le manipulateur a commencé à lui mettre « la tête à l’envers », en utilisant ses techniques habituelles.

 

A savoir : il a commencé à la critiquer, à la juger, à lui faire des reproches…D’abord de temps en temps, puis de plus en plus souvent.

Comme Christel, n’avait pas une grande confiance en elle, elle a commencé à douter d’elle. A se poser des questions.

De sorte qu’elle ne savait plus trop si elle avait réellement dit ou fait ce que le manipulateur lui reprochait.

Le manipulateur a commencé à être jaloux de ses réussites, de ses succès, de ses qualités. Du coup, il a commencé à la rabaisser, à l’humilier, parfois même devant les autres.

Le manipulateur soufflait « le chaud et puis le froid» en permanence.

 

 

Christel a mis du temps pour comprendre ce qui se passait.

 

Manipulateur pervers narcissique

Pour comprendre qu’elle n’était pas folle mais bien victime de manipulation psychologique, de la part d’une personne toxique.

C’est tout le travail thérapeutique qu’elle a fait, qui lui a permis de comprendre la nature de cette relation.

 

De comprendre aussi, ce qui faisait qu’elle était tombée amoureuse d’un homme pareil.

 

En principe, une belle relation amoureuse est épanouissante pour les deux partenaires.

Celle de Christel est devenue perverse, toxique puis carrément destructrice.

 

 

Quel type de personnes aiment les manipulateurs ?

Les manipulateurs et les manipulatrices repèrent les personnes qui ont peu confiance en elles, qui ont beaucoup d’empathie…

Les vrais gentils, les honnêtes, qui aiment aider les autres : les « sauveurs. »

 

Les manipulateurs pervers et les manipulatrices perverses repèrent aussi les personnes qui sont dans la dépendance affective.

C’est une voie royale pour mettre sous emprise facilement leur victime.

 

 

Comment reconnaître les manipulateurs et les manipulatrices ?

Il y a autant de femmes manipulatrices que d’hommes manipulateurs.

Ces personnes toxiques et manipulatrices sont des maîtres pour se faire passer pour des victimes.

C’est ainsi qu’elles peuvent attirer « les sauveurs ou les sauveuses » et user voire abuser de la bonté de leur partenaire.

Qui peut éprouver un sentiment de culpabilité, lorsqu’il ou elle refuse de faire ce que le manipulateur lui demande.

 

Le chantage affectif fait également partie du jeu de ces personnes toxiques.

« Si tu t’occupes de mon enfant, pendant que je travaille ce week-end, nous aurons plus de temps ensemble, ma chérie. Nous pourrons ainsi partir en week-end, ou  aller au restaurant et au cinéma. »

Tout est conditionné !

 

Ce chantage peut se résumer par cette équation :

« Si tu fais ceci …Alors tu seras récompensé-e. »

« Si tu ne fais pas ce que je te dis, alors tu seras puni-e. »

 

Ils ont une personnalité égocentrique. Tout tourne autour de leur petite personne.

Ils ne parlent que d’eux. En fait, leur partenaire ne les intéresse pas.

Ou pour être plus juste, ce qui les intéresse dans la relation, c’est ce que leur partenaire peut leur procurer : de l’aide, des biens, de l’argent.

 

Il faut savoir que le ou la manipulatrice perverse n’a aucun scrupule.

Il ou elle a son « plan de vol. »

C’est-à-dire qu’il ou elle sait exactement ce qu’il /elle veut obtenir de sa victime.

 

Ils n’aiment pas leur conjoint !

Tout n’est qu’une illusion, dans cette relation.

Tout n’est que manipulation, perversion.

 

Cette relation « fonctionne » tant que la victime se laisse faire.

Tant qu’elle fait ce que le manipulateur lui demande.

Tant qu’elle répond aux attentes de son bourreau.

 

Et, en attendant, plus la relation dure, plus la victime doute, perd de plus en plus confiance en elle, se sent de plus en plus isolée.

Du coup, elle ne sait plus à qui en parler.

Elle peut même se sentir gênée d’en parler, se sentir coupable de l’échec de la relation.

Elle est sous emprise.

Et, cela peut prendre des années pour sortir d’une telle relation.

 

Il faut savoir que le pervers narcissique ou la perverse narcissique ne change pas.

Ils vont rarement voir un psy ou un thérapeute ou un psychiatre. ET, s’ils y vont, ce n’est que pour quelques séances…

Car d’après eux, le problème : c’est l’autre.

Eux, ils vont bien.

Dépendance affective rime avec souffrance

 

Qu’est-ce que la dépendance affective ?

La dépendance affective est le fait de s’effacer de plus en plus, de ne plus vivre pour soi mais pour l’autre / les autres. De cette façon les personnes dépendantes affectivement, passent en mode survie, perdent de plus en plus confiance en elles, se referment sur elles-mêmes et ont de plus en plus peur d’être abandonné-es.

 

La dépendance affective est liée à des blessures profondes du passé.

 

Ces blessures ont généré chez l’enfant des carences affectives et génèrent encore  et encore un sentiment d’insécurité intérieure (notamment) tout au long de votre vie qui vous empêchent de vivre des relations harmonieuses.

 

Et, cela continue tant que vous n’avez pas compris ce qui était en train de se jouer-là et tant que vous n’avez pas guéri ces blessures.

 

 

Les caractéristiques de la dépendance affective

Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres à la dépendance affective. C’est pourquoi, il est bon d’en connaître les caractéristiques.

Cela peut toucher les enfants, les ados et les adultes : les femmes et les hommes.

 

Voyons cela d’un peu plus près, au travers de quelques questions :

1- Avez-vous difficile de prendre des décisions seul-e, sans l’avis des autres ?

2- Laissez-vous à d’autres (que ce soit votre conjoint, votre famille, vos amis) le soin d’assumer les responsabilités dans des domaines importants de votre vie ( comme la  gestion administrative et financière, l’organisation domestique, l’organisation des vacances, le choix de ceci ou de cela…) ?

3- Avez-vous peur des conflits ? AVez-vous peur d’être rejeté-e ?

4- Est-ce difficile pour vous de faire les choses seul-e ?

5- Vous sentez-vous dans la tension, la crispation à l’idée d’être seul-e ?

6- Prenez-vous l’entière responsabilité de votre vie, à 100%?

7- Vous sentez-vous obligé-e de plaire à tout le monde, d’être gentil-le, poli-e et sage ? De ne pas déranger ? De faire passer tout le monde avant vous ?

8- Avez-vous besoin de la validation des autres pour tel ou tel projet ?

9- Savez-vous poser des limites et défendre “votre territoire”, vos intérêts ? Ou donnez-vous tout le pouvoir à l’autre/aux autres ?

 

Si vous avez répondu “Oui” à au moins cinq de ces questions, vous pouvez considérer que vous avez une tendance à la dépendance…

 

Françoise Singer. Sophrologie ludique Sophrologie enfants Art-thérapie Waremme Stage zen Parents zen Famille zen Séances individuelles Séances collectives Le positif d'abord Loi d'attraction Oser Dépasser ses peurs Prendre sa vie en mains. Créativité. Carnet de vie. Carnet d'objectifs. Carnets d'ambitions. Carnets de pensées positives Atelier pour les femmes Ateliers créatifs Journal créatifs Art journal Expérimenter Art journaling Créer son carnet de A à Z Prendre soin de son être profond Créativité Julia Cameron Vivre Coaching de vie Trouver son pourquoi Créatrice d'harmonie Harmoniser sa vie Mettrre du sens dans sa vie Trouvers sa route Activer le positif Elan de vie la sophrologie créative de Françoise Journée de développement personnel Bien-être Joie Lâcher prise Détente Soins énergétiques Soins chamaniques Dépendance affective Souffrance Tristesse Comment sortir de la dépendance affective Origine de la dépendance affective Christina Marques Les croyances Les schémas répétitifs Conscience Lâcher prise Se reconstruire Faire son deuil

 

Concrètement : comment s’en sortir ?

Comme disait Socrate, “Connais-toi toi même.”

 

La clé est là !

Apprendre à mieux se connaître, à bien se connaître même pour prendre conscience de vos croyances et de vos schémas répétitifs de fonctionnement.

Apprendre à devenir une “bonne maman” et un “bon papa” pour vous-même.

 

Il est très difficile de s’autonomiser dans la durée et en profondeur sans l’aide d’un-e professionnel-le : comme un thérapeute, un psychothérapeute, un psychologue ou un psychiatre.

 

Ce travail prend du temps car c’est précisément, la prise de conscience des zones de vulnérabilité qui permet de faire des liens, de comprendre peu à peu ce qui se joue, de réfléchir, de laisser diffuser la réflexion et les prises de conscience pour qu’elles soient enfin intégrées par le corps.

 

A partir de ce moment d’intégration par le corps, le processus de transformation s’installe et vos comportements vont alors changer.

Bien sûr, cela nécessitre de la patience, de la persévérance et du courage aussi pour faire cette traversée.

Parce qu’en général, cette dépendance affective est là depuis très longtemps.

 

C’est pourquoi, il est important d’avancer un pas à la fois, à votre rythme, à votre aise pour vous libérer des croyances limitantes et destructrices que vous nourrissez.

Avec douceur, gentillesse et bienveillance pour vous-même.

 

A un moment donné (c’est-à-dire lorsque les prises de conscience sont “descendues” dans le corps), vous déciderez de cesser ces expériences douloureuses !

Vous pourrez vous libérer de qui vous rend malheureux-malheureuse.

 

Un rappel important 

Tout ce à quoi nous croyons se réalise. 

 

Quelles types de pensées nourrissez-vous ?

Si elles sont plutôt négatives, apprenez à les changer. Apprenez à changer vos croyances et vous obtiendrez d’autres résultats.

Plus facile à dire, qu’à faire, me direz vous.

OUi ! C’est vrai, vous avez raison. Je vous invite cependant à devenir curieux/curieuse de ce qui se passe en vous. Pour cela, vous pouvez faire des temps de pause régulièrement et accueillir ce que j’appelle “votre météo intérieure.” Comment est-elle ? Agréable ou désagréable ? Accueillez, sans jugement, sans vous critiquer votre ressenti du moment. Comme je l’ai écrit plus haut, avec douceur, gentillesse et bienveillance.

Accueillir et se laisser traverser par l’émotion qui est là, sont des étapes importantes. En effet, vos schémas intérieurs correspondent à vos pensées et donc aux émotions que celles-ci induisent , à vos ressentis, à vos perceptions de ce qui se passe et à vos croyances.

 

 

Aimer véritablement

Aimer véritablement l’autre, c’est le respecter et même l’accompagner, le supporter dans son déploiement afin qu’il puisse être qui il est vraiment.

Pour arriver à cela, il est nécessaire d’apprendre à bien se connaître, à se respecter soi-même et à s’aimer complètement et profondément.

Pour apprendre à vous aimer complètement et profondément, je vous accompagner au travers de ceci : https://www.francoisesinger.be/produit/confidence/

 

 

Tout un programme, n’est-ce pas ?
Pas mal de personnes confondent sentiment amoureux et attachement.

 

“Votre tâche n’est pas de chercher l’amour, mais simplement de chercher et trouver tous les obstacles que vous avez construits contre l’amour.”

Djalal al-dîn Rûmi

 

Personne n’entre dans votre vie par hasard.

Chaque rencontre (même si elle est douloureuse) est une opportunité de créer la meilleure version de vous-même en vous invitant à revenir au plus près de vous et à travailler sur vous.

Comme je le dis souvent, la vie est bien faite et tant que nous n’avons pas compris et intégré une leçon, elle nous la propose à nouveau.

 

Le changement vient de l’intérieur.

Il vient de vous d’abord pour vous aider à vous offrir une réponse à vos besoins.

 

Reconnaître vos besoins est essentiel.

Comme chacun , vous avez des besoins qui demandent à être satisfaits.

 

C’est à vous d’en prendre soin et d’y apporter des solutions.

Développer votre autonomie 

 

Vous avez envie de prendre un vrai tournant, en conscience ?
Vous avez envie de passer un cap ?

 

Vous avez envie de dire “Stop” à cette situation perverse ? Au harcèlement moral dont vous êtes victime ? A cet amour toxique ?
Vous avez envie de passer du point A au point B.
C’est-à-dire de la dépendance affective à l’autonomie et la sécurité affective ?
Sortir de ce “statut de victime” ?

 

Vous avez envie de retrouver :
* L’estime de soi ?
* La confiance en soi ?
* L’affirmation de soi ?
* L’amour de soi ?

 

Mais…
Vous manquez de confiance en vous ?
Vous manquez « d’outils » pour dépasser ce qui vous bloque ?
Vous voulez développer un bon mindset ?

 

 
Si pour vous, il est temps d’OSER …
* Passer ce cap,
* Dépasser des peurs, des croyances limitantes, des pensées négatives,
* Pour prendre les commandes de votre vie,
* Pour passer du malheur au bonheur,
* Et, pour vivre une vie heureuse, comme vous le méritez !

 

C’est par ici que ça se passe !
 
Vous avez compris qu’il ne suffit pas de lire des livres, de regarder des vidéos ou d’assister à des conférences pour changer.
N’est-ce pas ?

 

Des solutions existent.

 

Je vous propose un véritable booster.
Une préparation mentale basée sur l’intelligence émotionnelle et l’intelligence collective.
Une approche innovante, moderne qui vous accompagne avec efficacité, simplicité et joie, dans votre processus de changement.

 

Je vous souhaite déjà les meilleurs et je me réjouis de vous accompagner, dans cette belle métamorphose.
Avec coeur,

,

Je vous reçois à Waremme et à Wavre (Limal)

Je vous propose également un accompagnement via zoom.

Post a comment